lundi 27 mars 2017

Pour le plaisir.


































Soyons-Suave est heureux de vous offrir l'assurance d'un futur cauchemar. 

Le Quizz de Bruno.















Ne vous inquiétez pas, il n'est rien arrivé de fatal à la jeune demoiselle étendue devant nous, elle a simplement perdu son identité, voilà pourquoi nous comptons sur vous. 

Pas grand chose à dire de plus si ce n'est que nous sommes ici à l'opposé absolu de "Lavalantula". Un seul nom par réponse, on ne mitraille pas et Bruno ne joue pas. Indices mercredi en cas de panne. A vos cellules grises. 

17 fois Cécile Cassard ?







































Non, 17 fois Cécile Cassard, ce serait trop. Contentons-nous de 7 fois un rappel qu'il est grand temps de sortir son mobilier de jardin, ce sera déjà hautement satisfaisant. 


Il aurait été suave qu'on pense à m'inviter...


















Nous dirions même mieux : il eut été suave que l'on pensât à nous inviter !

Et maintenant dansons !



Lesley Gore ici ? Mais alors ça, c'est une surprise !

Pendant ce temps, à Hollywood...


































Brooke n'est pas du tout prête pour son close-up !

La fin du Quizz de Céline.




















Nous ne nous lassons pas de l'écrire mais qu'est-ce que vous pouvez être forts quand même, et suaves... ce n'est pas pour rien que vous avez hérité, il y a de cela fort longtemps, de l'appellation "suaves visiteurs". Et parmi la cohorte des gens de passage sur nos pages, il y a Bruno, qui de façon assurée et sans appel, démasqua Steve Guttenberg, expliquant par la même occasion les indices. 

Bruno, vous faites partie de ces pourfendeurs de photos mystères pour lesquels tout a déjà été dit. Voyez néanmoins votre nom en noir sur gris sur nos pages, recevez nos plus sincères félicitations et une bouteille d'élixir de jouvence empruntée sur le plateau de "Cocoon". Non pas que vous en ayez besoin. Mais ça peut toujours servir. 

















Débarrassons-nous tout de suite des détails embarrassants et avouons que la capture proposée la semaine dernière était tirée de "Lavalantula", chef d'oeuvre datant de 2015 dans lequel Steve Guttenberg, ancienne gloire de cinéma sur le retour (pensez Bruce Willis) combattait, à Los Angeles, des araignées géantes cracheuses de lave en fusion. "Lava" + "tarantula" = il fallait y penser. 

Si les circonstances nous ayant menés à voir cette superproduction sont encore à ce jour obscures, gageons que la mention "Par la chaîne vous ayant offert Sharknado" dut forcément accélérer notre choix, film qui, pour mémoire, racontait comment une tornade projetait des milliers de requins sur Los Angeles. "Shark" + "tornado" = il fallait aussi y penser. 





































Il est très facile de l'oublier mais entre 1984 et 1990, Steve Guttenberg fut un des rois d'Hollywood, c'est à dire un des rois du monde, enchaînant les succès phénoménaux et leurs suites : 2 "Cocoon", 4 "Police academy" et 2 "Trois hommes et un couffin". Le syndicat des comédiens américains le plaçait d'ailleurs en deuxième position dans le classement des acteurs ayant le plus travaillé dans les années 80. Est-ce pour cela qu'il se reposa par la suite ? Pas certain. Tom Hanks paraît une explication plus plausible à sa progressive disparition des têtes d'affiche. 

Une chose est certaine, Steve Guttenberg était sympathique, d'un caractère plutôt facile et malléable, il plaisait au public féminin sans menacer le public masculin, tout en se ménageant degré de suavitude assez élevé, que l'on calcule, pour mémoire, au nombre de plan sans chemise d'un comédien dans un film. 




































Quid donc de Steve une fois les années 90 débutées ? Eh bien rien que de très banal, comme il l'explique lui-même et avec beaucoup d'humour dans son autobiographie parue en 2012 : "on se mit à rechercher pour des rôles un Steve Guttenberg jeune". 

A 32 ans, c'est un peu rude, et on sait de toutes les façons que la roue est en train de tourner lorsqu'on vous propose de jouer dans l'adaptation au cinéma d'une attraction Disney. 



































Depuis 25 ans, Steve Guttenberg continue sa carrière, en combattant des tarentules donc, mais en faisant globalement ce que tout le monde fait : "Danse avec les stars", des guests à profusion et du théâtre, son premier amour comme il ne cesse de le rappeler. 

Steve a également un peu produit, un peu écrit, il a réalisé un long-métrage et après "Sharknadon 4", sera dans un film turc dont la sortie est prévue pour la fin de l'année et dont vraisemblablement nous ne reparlerons pas. 

Souvenons-nous pour finir qu'en 1980, il était dans cette curiosité qu'est "Rien n'arrête la musique". Il y incarnait le producteur français Jacques Morali, découvrait les Village People et copinait avec Bruce Jenner avant qu'il ne devienne Caitlyn. 


















Disons-le sans retenue : quelle carrière ! 

Le String de la semaine.

Contrairement aux idées reçues, on peut être suave en string. Chaque lundi, la preuve en image. 

































Et cette semaine, le String de la semaine nous refait le coup de l'énorme chose aperçue par lui seul. Le String de la semaine est marseillais, il n'y a plus aucun doute. 

Le Brushing du jour.


































Parce qu'on n'a jamais assez de hauteur, de laque et d'anglaises, revisitons les plus suaves créations capillaires. Et pour cette huit cent troisième édition, Doris Day présente le modèle intitulé "Mèches folles". 

C'est lundi !


































Mais avant toute chose : saluons un basset hound !

vendredi 24 mars 2017

Pour le plaisir.



Soyons-Suave est heureux d'honorer le laborieux tri de la canneberge. 

Connaissez-vous Jean-Michel ?

Impossible d'envisager une fin de semaine sans notre cher ami Jean-Michel, qui chaque vendredi, partage avec nous, et le monde, les plus suaves clichés de son album photos. 


































Jean-Michel, 32 ans, comprend enfin la suavitude du macramé. 

Et maintenant dansons !



Une vidéo de Ok Go est toujours réjouissante.

Soyons Peplum !


































Célébrons la toge, la tunique et même la serviette nouée.

La question suave du jour : auriez-vous 5 minutes pour une photo de mode ?



























Mais bien sûr, je n'ai que cela à faire...